samedi 4 mars 2017

POC, de Stéphane Grisard



Trois hommes, trois vies, trois destins et lien…….


Sébastien vivait avec ses parents et sœurs dans une tour. Par la fenêtre, il voyait la prison de Fleury-Mérogis.
Une mère dépressive, un père alcoolique, violent et une enfance passée entre les tours des cités puis la campagne.
Peu choyé, très tôt il comprit « que l’on pouvait être heureux partout, ou nulle part. Cela  dépendait pas de l’endroit, mais d’avec qui on vivait et de ce qu’on y faisait. »
Michel, lui est né après la seconde guerre mondiale. Enfant médiocre à l’école, il va passer sa jeunesse dans un décor de barre d’HLM. Il aime faire la fête est  rouler des mécaniques.
Et puis il y a ce troisième  personnage, dont le lecteur ignore le prénom. Un jeune homme âgé de 16 ans dans en 1944, qui va être convoqué par l’Etat Français pour faire du retour à la terre, le STO rural. A 17 ans il intégrera l’armé dans le régiment des chasseurs parachutiste, qui l’emmènera en Indochine.

Trois hommes, trois époques qui couvrent une période de 1920 à 2063. Une traversé dans le temps, les mœurs et l’évolution de notre civilisation.
Et une question : qui est cet homme de 17 ans décidant d’intégré l’armé ?
Peu à peu les personnages se développent, se dévoilent et les liens apparaissent aux lecteurs. Pourtant le doute persiste jusqu’à la fin, qui nous dévoile sa véritable identité.

L’auteur joue avec les mots et le langage qui se fait tantôt dure, utilisant le verlan  ou le langage des cités et tantôt plus doux avec un langage courant, donnant toute l’originalité de son roman.
Un style original, une bouffé revigorante pour les lecteurs avide de nouveauté !!!
Son style permet de donner de la vivacité au récit et le rend d’autant plus réaliste.

Les personnages sont particulièrement bien travailler, leur psychologie, leurs gestes permettent de découvrir leur évolution dans le temps.

Ce roman est très riche, divers thématique y sont développés, telle que l’évolution des mœurs, les changements de décor ruraux à travers les époques et l’importance des liens que crée les parents avec leurs enfant dès leur naissance et leur enfance.
L’auteur n’hésite pas à dénoncer la violence gratuite subite par les personnages et qui à notre époque est encore bien trop présent « Quand on a pas les mots ont à la violence ».

Un premier roman qui excelle dans tous les domaines que ce soit dans le style de l’écriture, dans les émotions transmit aux lecteurs ou dans l’intrigue elle-même.
Un auteur qui ne laisse pas de doute quant au succès de ses futurs romans.

Rafraîchissant, intelligent, addictif, à mettre entre les mains de tous !!!

POC, de Stéphane Grisard, février 2017, auto-édition, 314 pages.

Ma note : 19/20                                 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Présentation

Ma photo
Coucou.... Bienvenu à tous. Ma première passion: la lecture, la découverte de nouveaux auteurs et de nouveaux genres littéraires. Ma deuxième passion: le partage de mes lectures. Voila ce que vous trouvez, dans mon blog!!!!

Helena, de Jérémy Fel

= Un thriller psychologique magnifique ! =   ‘‘Le chien gisait sur le flanc et poussait de petits gémissements, aussi aigu que le cri...