dimanche 13 janvier 2019

Erectus de Xavier Muller


Erectus de Xavier Muller, Éditions XO, octobre 2018, 426 pages, 19.90€.

 

 
Synopsis :


Et soudain l’humanité se mit à régresser
À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc.
Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.
Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.
De quel virus s’agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?
Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.
Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Mon avis :

= Les erectus sont-ils des humains ?=

‘‘De la Maison-Blanche, il annonça, la mine sévère, qu’après l’Afrique du Sud, la Corée du Sud et la Nouvelle-Calédonie, la maladie s’était répandue sur chaque contient et que les services d’urgences de tous les hôpitaux devaient se préparer à recevoir des malades atypiques.’’

L’auteur va à travers son livre emmener son lecteur dans une histoire de propagation pandémique planétaire. Toutes les espèces, y compris l’être humain, ainsi que la faune et la flore se voient régresser à des années très éloignées de notre temps.

Une vision poste apocalyptique qui a un impact sur les humains dans tous les domaines. Que ce soit politique, économique et surtout leur comportement qui vise vers une guerre.

Un roman fluide et sans temps mort. C’est une course-poursuite contre la montre.

Bien que le noyau du roman, soit un virus entraînant la régression des espèces, soit original, le roman m’a donné une sensation de déjà-vu.
L’histoire d’une pandémie et/ou virus ameutant tous les scientifiques du monde, la presse ainsi que les politiciens m’ont donné un arrière-goût de déjà vu dans des films. Seul le virus reste original.

Pour moi, le roman manque de profondeur, les personnages sont peu fouillés et ne sont là que pour faire avancer l’histoire.

Donc un roman que j’ai lu et qui m’a détendu malgré quelques petits bémols.
Un roman qui reste une bonne lecture, mais qui ne m’a pas poussé à la réflexion comme le promet la quatrième de couverture.

Ma notre : 14/20                              Un avis By Maria Lebreton


Quelques mots sur l’auteur :

Xavier Müller, de nationalité française est un auteur de fiction.

Il dispose d'un doctorat en physique et depuis toujours s'adonne au plaisir de l'écriture.
En parallèle de ses études, il écrit des nouvelles et par la suite devient journaliste scientifique pour différents titres tels que Science et vie, Phosphore ou le Journal du CNRS.

Il publie son premier ouvrage en 2008, une fiction destinée en premier lieu aux enfants (Les détectives de l'étrange, Hachette Jeunesse).

Il partage aujourd'hui son temps entre l'activité de journalisme et l'écriture de romans jeunesse et adulte.



dimanche 6 janvier 2019

L’avancée de la nuit, de Jakuta Alikavazovic


L’avancée de la nuit, de Jakuta Alikavazovic, Editions Points. Août 2018, 278 pages, 7.50€.

 

 
Synopsis :


Paul, étudiant le jour, gardien dans un hôtel la nuit, est fasciné par Amélia, l’occupante de la chambre 313. Tout chez elle est un mystère : ses allées et venues sur l’écran de surveillance comme les rumeurs qui l’entourent – un père fortuné, une mère poétesse disparue, une indépendance inouïe... Un soir, Amélia descend le retrouver à la réception. Ils s’aimeront passionnément. Puis Amélia disparaît. Paul ignore alors qu’elle s’est rendue à Sarajevo, à la recherche de sa mère, d’un pan inconnu de son histoire. Dix ans s’écouleront avant que les amants se trouvent à nouveau réunis.


Mon avis :

= Un roman hautement psychologique=

Loin des romans d’amour et érotiques, ce roman d’amour est d’une pure délicatesse. Telle une plume se frayant un chemin à travers deux êtres humains totalement différents.
‘‘Le temps passait. Ils s’aimaient. Paul voulait tout d’Amélia, son esprit, son corps, la chaleur qu’il dégageait et que l’on sentait même à quelques centimètres de distance, et si l’on se concentrait sur ce rayonnement, si on l’éprouvait avec attention, il valait pour un contact.’’

L’autrice utilise avec délicatesse les mots sans faire dans la demi-mesure. Une valse lente de la vie et des sentiments, le tout dans la pudeur,  mais sans les non-dits.

Au-delà de l’histoire d’amour entre Paul et Amélia, il va être question de la rencontre de deux personnes de catégorie sociale opposée. Paul est issu d’un milieu modeste tandis qu’Amélia est une riche héritière. Elle dont la réputation sulfureuse à l’université ne va pas impressionner Paul. Il verra en elle ce que les autres ne voient pas !

Des personnages bien travaillés par l’autrice.
Elle fera au travers de ses mots et ses descriptions, plonger le lecteur au plus profond de l’esprit, de l’être des personnages.
Description psychologique très réaliste, comme des mots que l’on ne s’est jamais autorisés à dire tout haut lorsque nous-mêmes étions jeunes et qui nous ramènent à nous même !

L’autrice abordera aussi la guerre d’ex-Yougoslavie. Description des villes en ruines qui se reconstruisent. Portant le lecteur à la réflexion et le sensibilisant à cette étape.

Intrinsèquement, la question de l’éducation, ou le faite que notre éducation, notre façon de vivre enfant impacte ce que jeune adulte puis adulte nous deviendrons, sera largement abordé dans la deuxième partie du roman.

Magnifique, très intelligent, un roman qui m’a plongé dans un univers réaliste dont j’en ressors avec des questionnements personnels.
Mon premier roman de cette autrice et certainement pas le dernier.

Ma note : 20/20. 
                                                                                           Un avis 
                                                                                               By
                                                                                      Maria Lebreton


Quelques mots sur l’autrice :


Nationalité : France
Né(e) à : Paris, le 06/10/1979

Jakuta Alikavazovic est une romancière et traductrice.
Elle est née d’un père monténégrin et d’une mère poète bosniaque qui choisissent de s’installer en France dans les années 70.
Elle suit ses études à l'École normale supérieure de Cachan, séjourne aux États-Unis, en Écosse, en Italie. Agrégée d'anglais, elle enseigne à la Sorbonne tout en poursuivant une thèse sur "les cabinets de curiosités et les chambres de la mémoire".

                                                          Ses publications :

-D'abord auteur pour la jeunesse, elle publie en 2006 "Histoires contre nature", un recueil de nouvelles, pour lequel elle reçoit le Goncourt du premier roman.

-En 2010, elle publie son second roman, "Le Londres – Louxor qui se retrouve dans la sélection du Prix du Livre Inter.

-En 2012, elle publie "La Blonde et le Bunker", qui remporte la mention spéciale du jury du prix Wepler.

-Elle est également l'auteur de trois livres pour enfants publiés à L'École des loisirs, et a traduit plusieurs ouvrages de l'anglais dont "L'enchanteur: Nabokov et le bonheur" de Lila Azam Zanganeh et "Au départ d'Atocha" et "10:04" de Ben Lerner.

-Son quatrième roman, "L'Avancée de la nuit", paru en 2017, est dans la sélection du prix littéraire du journal Le Monde, du Prix Medicis et du Prix Femina.











 




Erectus de Xavier Muller

Erectus de Xavier Muller , Éditions XO, octobre 2018, 426 pages, 19.90€.     Synopsis : Et soudain l’humanité se mit à ré...